Contentserv se fait sa place sur le marché du PIM en pleine croissance

données stratégiques d’entreprise @clesdudigitalImplanté en France depuis 2016, Contentserv continue de gagner des parts de marché dans les domaines de la gestion des données stratégiques d’entreprise.

L’éditeur, filiale de la société anonyme de droit suisse Contentserv AG, soutenu par Investcorp Technology Partners, développe notamment des solutions PIM (Product Information Management) pour gérer les informations produits et de DAM (Digital Asset Management) pour les ressources numériques (vidéos, photos, animations, fichiers PDF…), deux solutions complémentaires à l’heure de la multiplication des canaux. Appuyé par 22 bureaux dans le monde, il revendique près de 300 clients B2B ou B2C, acteurs du retail ou fabricants. « Notre objectif est de faciliter les métiers du marketing produit ou client, de l’e-commerce. L’entreprise qui a commencé dans l’univers du print et des catalogues, a depuis développé une plateforme disponible en licence perpétuelle ou en Saas avec notre version CSCloud », explique Laurence Caron, directrice de Contentserv France. « Nous nous adressons aux entreprises dont les chiffres d’affaires vont de 50 millions à plusieurs milliards d’euros et qui ont besoin d’un référentiel produit unique pour une meilleure collaboration entre les différents métiers ».

Sur ce marché en pleine croissance, l’éditeur se positionne entre des fournisseurs comme le danois Stibo Systems ou le français Akeneo. Parmi ses clients historiques, il compte Villeroy & Boch qui a sélectionné son PIM pour ses flux B2C et B2B en direction des hôtels et des restaurants, avant d’opter pour un DAM pour la gestion des photos en 3D, mais aussi le groupe canadien Dorel (marques Maxi Cosy et Bébé Confort). L’entreprise a également signé avec Thom Europe, propriétaire notamment de l’enseigne de bijoux Histoire d’Or, Maison du Whisky, mais aussi Lacoste qui a commencé à se pencher sur ses outils dès 2016 et les a choisis après un appel d’offre réunissant cinq fournisseurs.

« L’objectif de la marque au crocodile qui est perçue parfois différemment selon les pays était alors d’avoir le même message partout dans le monde, avec ce discours « one brand, one message, one team », et d’offrir une expérience produit attractive sur tous les canaux de vente et à tous les clients »,

souligne Laurence Caron. Sur ce marché du prêt-à-porter évoluant très vite, la saisie manuelle colossale des diverses données liées aux produits au sein de fichiers Excel devient vite problématique, avec de nombreuses erreurs de saisie, entrainant un « time-to-market »  souvent trop long et néfaste pour les ventes. Pour Lacoste, il s’agit de gérer 6 000 références coloris par saison, de suivre les assortiments et de mettre à jour des caractéristiques produit dans différentes langues. L’envergure du dispositif de vente (l’entreprise emploie 10 000 collaborateurs, gère un réseau de 10 600 points de vente dont 1 200 boutiques en propre et 20 sites de e-commerce) rendait par ailleurs obligatoire la manipulation de nombreux paramètres techniques, mais aussi de données variables comme les collections, ces dernières étant renouvelées tous les six mois avec des saisons décalées entre les hémisphères Nord et Sud. Pour industrialiser et professionnaliser rapidement la création et la diffusion de ses catalogues produit sur ses sites marchands et marketplaces, le recours à une solution PIM est alors devenu évident.

Cette transformation numérique a été pilotée chez Lacoste par la Digital Factory. Cette entité interne associe tous les acteurs décisionnels du marketing, de l’e-commerce et du système d’information pour permettre à l’entreprise de se doter d’une bonne infrastructure logicielle basée sur plusieurs piliers dont l’Enterprise Ressource Planning (ERP) fourni par Orlyweb (Cegid), le Product Lifecycle Management (PLM) de PTC , l’Order Management System (OMS) de Manhattan Associates. A cela s’ajoute le site marchand avec Salesforce Commerce Hub. L’impératif de la marque est de conserver son « identité premium et sa notoriété mondiale tout en offrant une expérience personnalisée aux clients », comme le rappelle l’entreprise dans un communiqué.

données stratégiques d’entreprise @clesdudigital
Laurence Caron

Intégration de la partie DAM

Le déploiement a d’abord commencé en Europe dès 2017 avec une migration des données pour alimenter la plateforme Salesforce Commerce Cloud. Il s’est étendu a l’Amérique du Nord et aux marketplaces avec la solution de ChannelAdvisor dès 2018 puis à l’Amérique du Sud. Des modules clés ont été implémentés tels que Translation Manager afin de traduire facilement les descriptions et attributs des produits, mais aussi Salesforce Commerce Cloud Connector pour le transfert automatique des données vers la plateforme e-commerce, Smart Documents pour produire rapidement des documents dans différents formats, et le Workflow Manager pour créer des processus clairs et automatisés avec visualisation graphique. Le projet continue sur toujours plus de canaux avec l’adoption de la dernière version CS19 qui apporte notamment « une plus grande convivialité sur les tableaux de bord, est intégrée avec Google Cloud Vision, gère des notifications pour alerter les métiers » et l’intégration de la partie DAM.

Une architecte digitale collecte les besoins métier

Chez Lacoste une quarantaine de personnes utilisent désormais au quotidien le PIM pour les différentes canaux (e-commerce, logistique, marketplace). L’outil est par ailleurs géré par les équipes IT et par une « architecte digitale », un poste spécialement créé pour collecter les besoins métier et occupé par une informaticienne du SI. Elle est devenue la référente des collaborateurs utilisant la solution. Les premiers résultats sont concluants et ont apporté des « gains de productivité significatifs » selon Lacoste. « La solution fonctionne parfaitement, à notre grande satisfaction, depuis deux ans et les premiers objectifs de cette implémentation ont été atteints », déclare Jean-Philippe Dran, chief information officer de la marque. « Contentserv a apporté une grande flexibilité dans la génération et la mise à jour des données, sachant que les utilisateurs disposent d’une masse de données imposante – 2 400 000 attributs renseignés, 24 000 références, 172 000 codes-barres ean-upc –  et exportent jusqu’à 40 000 articles dans le PIM quotidiennement. Les modalités d’exportation intégrées dans la solution de Contentserv accélèrent la création automatique, l’édition des catalogues et des pages web. L’utilisateur peut alors assembler les images, les attributs techniques et les prix par simple glisser-déposer sur des modèles dynamiques soumis à des règles pré-établies ».

La création de nouveaux attributs qui pouvait auparavant prendre plusieurs mois a été réduite à deux ou trois semaines. Le PIM qui permet de conserver les attributs (300 par produit) des modèles qui demeurent en vente évite aussi de reconstruire le catalogue en repartant de zéro. «Il est maintenant très facile pour Lacoste de lancer les nouvelles collections à des dates précises prenant en considération les six mois de décalage entre les hémisphères Nord et Sud, grâce à une prise en compte plus intelligente de la zone géographique ». Enfin la création de nouveaux sites est plus simple et les déclinaisons linguistiques plus aisées avec 11 langues pour la vingtaine de sites marchands et de magasins physiques contre cinq auparavant.

« Le déploiement d‘un PIM  est un projet très structurant. Il faut de la gouvernance et savoir gérer le changement. Nous éliminons les silos d’informations et de personnes », estime Laurence Caron. Pour fluidifier les déploiements, Contenserv a développé plus de 80 connecteurs et noué des partenariats avec un écosystème de partenaires spécialisés ou non comme Kaliop Digital Commerce, DXC ou CGI et des cabinets de conseil.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.