JDA Software veut rendre la chaîne d’approvisionnement plus intelligente

éditeur opère sa transformation digitale @clesdudigitalA l’image de ses clients, l’éditeur JDA Software opère sa transformation digitale.

Le groupe d’origine américaine, né il y a 35 ans et historiquement positionné dans l’univers de la supply chain avec des outils pour la gestion des stocks et des commandes, a commencé sa mue sous l’impulsion de Girish Rishi, arrivé à la présidence en 2017. Conscient qu’il fallait bousculer les chaînes d’approvisionnement un peu conservatrices et étendre leurs champs d’actions, il a enrichi son offre technologique en rachetant l’allemand Blue Yonder, l’une des principales entreprises offrant des solutions d’IA pour le commerce. Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie de JDA Software qui veut «rendre le retail transparent » grâce à une plate-forme de gestion de la supply chain (SCM) et des solutions « de bout en bout » basées sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine (machine learning) couvrant la planification, l’exécution et la livraison.

« L’objectif est de transformer tous les processus avec une nouvelle génération de solutions. Le retail vit une véritable rupture. Il ne s’agit plus de se concentrer sur des gains de productivité mais de redessiner le retail. Ceux qui ne le feront pas ne survivront pas face aux géants Alibaba ou Amazon qui utilisent à plein l’intelligence artificielle »,

éditeur opère sa transformation digitale @clesdudigital
Olivier Lemaitre

estime Olivier Lemaitre, vice-président de JDA France. Récemment nommé comme l’un des meilleurs partenaires de Microsoft, JDA fournit ses solutions en mode natif sur Microsoft Azure. Il continue de refondre son portefeuille vers l’infrastructure « as a service » (SaaS) et d’élargir son périmètre. « Nous pilotons la totalité de la chaine, depuis le magasin jusqu’aux flux fournisseurs, développons des outils pour les prévisions des ventes qui prennent en compte les impacts de la météo, des réseaux sociaux, qui gèrent les plans d’approvisionnements, pilotent les ressources en magasin et optimisent les tâches – un module utilisé, par exemple, par Starbucks. Nos logiciels pilotent aussi les assortiments, en particulier ceux de la mode, la planification avec « l’open to buy »  (pour avoir la bonne quantité de stocks au bon moment, ndlr), optimisent les prix et le merchandising ».

Les nouveaux contrats signés en mode Saas

Avec ce large spectre, les profils des utilisateurs sont également variés, allant des approvisionneurs et spécialistes de la gestion des stocks aux logisticiens, en passant par le marketing, tout comme le sont aussi les clients. « Les États-Unis restent notre principal marché et l’Europe génère près de 35% de notre business, le retail en pèse 55% environ. Enfin 60 à 70% des nouveaux contrats que nous signons sont en modèle Saas », souligne Olivier Lemaitre. Le groupe qui annonce 4000 entreprises dans son portefeuille, équipe ainsi avec sa plateforme Luminate alimentée par l’IA et le machine learning, l’activité de restauration d’Ikea (Ikea Food) qui l’utilise pour mieux prévoir les consommations et améliorer la traçabilité de ses produits. L’enseigne de supermarchés alimentaires britannique Morrisons l’a choisie pour pour améliorer la planification de la demande et redynamiser son réapprovisionnement en fonction du comportement des clients dans chaque magasin et adapter l’offre aux goûts et à la démographie locale. « Cette enseigne fait figure de précurseur », estime Olivier Lemaitre. Plus récemment c’est Hema, déjà client de JDA de longue date pour ses activités de category management et de gestion des équipes, qui a opté pour la solution Saas (JDA Luminate Demand Edge et Fullfilment) pour des prévisions précises de la demande et pour positionner les bons stocks dans les bons centres de distribution et magasins, au bon moment, afin d’augmenter la disponibilité des produits et de réduire les stocks tout au long de la supply chain.

éditeur opère sa transformation digitale @clesdudigitalJDA accompagne aussi Karstadt dans sa stratégie d’optimisation de ses prix de démarque dans tous ses départements de mode (avec la solution Luminate Clearance Price), tout comme le groupe de mode Orsay pour gérer les prix de ses produits tout au long de leur cycle de vie en maximisant les profits, mais aussi Système U dans son processus de création d’offre et de gestion des assortiments, ou encore Bricomarché, Sephora et Marionnaud pour leur merchandising.

Le retail en France a lancé beaucoup d’expérimentations mais pris du retard

Pour étendre ses technologies et son portefeuille de client, l’éditeur appuie sur des partenaires comme le spécialiste de l’analyse des données Dunnhumby avec qui il a sorti JDA Assortment Optimization, une solution basée sur la data science pour créer des assortiments sur mesure, ou Shippeo (qui vient par ailleurs d’annoncer une levée de fonds de 20 M€) qui apporte des informations prédictives et en temps réel sur les livraisons. Il compte une cinquantaine de personnes dans ses bureaux en France et a lancé un plan de recrutement pour faire passer cette équipe à 80 personnes d’ici deux à trois ans. «Les entreprises françaises ont pris du retard sur leur transformation de fond. Il y a eu beaucoup d’expérimentations mais elles ont du mal à s’engager. Notre volonté est d’investir ce marché qui présente un important potentiel de développement », précise Olivier Lemaitre. Enfin, le groupe qui a fusionné avec RedPrairie en 2012, devrait continuer à grossir par croissance externe avec les rachats de « pépites » alignées sur sa vision du retail comprenant entre autres points forts, le machine learning, l’IA, la robotique et le Saas.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.