Intersport embarque magasins et fournisseurs dans un OMS

magasins sociétaires dans la voie de l’omnicanal @clesdudigitalIntersport embarque tous ses magasins sociétaires dans la voie de l’omnicanal, en commençant par s’équiper d’un outil d’orchestration des commandes.

Issu de la première boutique La Hutte en 1924, le label Interpsort est né officiellement à la fin des années 50 comme une association européenne d’articles de sport réunissant quatre groupements nationaux. L’enseigne rassemble aujourd’hui sous une même bannière environ 650 magasins dans Hexagone, implantés en plaine et en montagne. Organisée sous la forme d’une coopérative, regroupant des sociétaires propriétaires de leurs points de vente, elle s’appuie sur une structure centrale basée à Longjumeau et une plateforme logistique de 44.000 m2 à Saint-Vulbas. En 2014, le groupement a repris l’usine de la Manufacture française de cycle et triplé depuis sa production de vélos. La vente en ligne a quant à elle démarré en mars 2017 avec l’ouverture d’un site développé sur la plateforme SAP Hybris, et l’accompagnement de la société Decade pour l’intégration.

Depuis, le groupement poursuit de nombreux projets de transformation pour satisfaire ses clients, notamment ceux qui achètent en ligne mais ne trouvent pas toute la gamme sur le site. Seulement 10% du catalogue est ainsi référencé sur la plateforme. Ce qui correspond aux articles qui sont stockés en entrepôt ou disponibles dans la majorité des magasins. Les magasins qui choisissent eux même leurs assortiments avant chaque saison, ont des offres variables selon leurs formats ou leurs emplacements. Il y a quelques semaines, le distributeur a donc décidé de s’équiper d’un OMS (order system management) ou système de gestion et d’orchestration des commandes pour pouvoir répondre à ses cyberacheteurs tout en impliquant le réseau de magasins dans le processus. Un appel d’offres a été lancé auprès de plusieurs éditeurs de différentes tailles et c’est la solution de l’entreprise toulousaine OneStock qui a remporté la mise. Le choix a été fait par les équipes supply, IT et digital et impliqué aussi les services offre, finance et les magasins. Michael Alimi, responsable technique digital d’Intersport raconte :

« Nous avons déjà mis en place des services de e-réservation, de « click and collect » et de livraisons à domicile pour les vélos notamment. L’autre étape était d’utiliser la puissance de notre réseau et de nos stocks en magasin pour satisfaire les commandes passées en ligne. Nous partons de l’idée que le client qui achète sur le Net doit être servi comme en magasin ».

magasins sociétaires dans la voie de l’omnicanal @clesdudigitalLes services de e-réservation et Click and Collect  sont aujourd’hui gérés avec Hybris et Ginkoia avec l’objectif d’accroître le trafic dans les points de vente. OneStock a pour sa part été chargé de déployer un premier scénario de « ship from store ».

« Nous donnons la possibilité aux magasins de capter les commandes passées en ligne, de les préparer, d’imprimer directement les étiquettes et de passer commande auprès des transporteurs. Ce qui nous a séduit chez OneStock c’est la facilité d’utilisation de l’outil, surtout pour nous, qui ne sommes pas centralisés. Nous voulions des interfaces fines et une solution « out of the box » permettant un « time to market » réduit de moins de 6 mois »,

explique Michael Alimi. Le projet a démarré en septembre avec l’orchestration des différents flux et les premiers pilotes seront déployés dans une vingtaine de magasin sélectionnés et volontaires au premier trimestre 2019 avant d’être étendue à d’autres.

« Cette solution est attendue par nos magasins. Le « click and collect » est déjà en place depuis un an et demi. Ce sont pour eux des axes de progression du chiffre d’affaires, un moyen de toucher des clients qui ne sont pas à proximité de leur point de vente ».

Les magasins sont déjà quasiment tous équipés du logiciel de gestion (caisse,  stocks, etc) de Ginkoia, un spécialiste de l’ERP sur le marché du sport.

« Nous avons déjà la connaissance du stock avec le « click and collect ». A chaque commande nous vérifions que l’article est disponible. L’objectif est d’avoir une vision consolidée et unifiée de ce stock ».

magasins sociétaires dans la voie de l’omnicanal @clesdudigitalL’OMS pourrait permettre d’étendre les services de « click and collect » en organisant l’approvisionnement du magasin par l’entrepôt ou par un autre point de vente, s’il ne l’a pas dans ses rayons.
Après ces premiers pilotes, le distributeur pourrait déployer d’autres projets sur le marché du B to B to C avec un service de « drop-shipping » où le client qui passe commande sur le site internet du distributeur sera cette fois livré directement par la marque. L’OMS est ainsi la pierre angulaire de ce projet de transformation qui concernera à terme tous les articles vendus par le distributeur. « C’est un grand projet qui est prioritaire. Nous continuerons ensuite à proposer d’autres services en magasin. Nous allons aussi améliorer notre moteur de recherche ». Bientôt d’autres articles comme les collections « lifestyle » seront également exposés sur le site de vente en ligne.

Cet article est intéressant, je veux découvrir tous les témoignages des marques dans la rubrique TRANSFORMATION

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.