Zadig & Voltaire est en marche vers une organisation data-driven

Temps de lecture : 5 minutes

plan de transformation @clesdudigitalLa marque de mode Zadig & Voltaire a embarqué ses équipes dans un ambitieux plan de transformation qui concerne tous ses métiers. Elle se donne de nouveaux moyens pour mettre la donnée au cœur de sa stratégie.

Certains patrons d’enseignes pétrifiés par la crise sanitaire, font le dos rond attendant des jours meilleurs. D’autres au contraire continuent d’avancer en accélérant même leur plan de transformation. C’est le cas de la marque de mode Zadig & Voltaire. Bravant les difficultés qui secouent aujourd’hui le marché du textile (qui devrait reculer de 20% en 2020 selon des prévisions de l’Institut Français de la Mode), la marque fondée en 1997 par Thierry Gillier et présidée par Rémy Baume réinvente non seulement ses collections mais aussi son système d’information. L’impulsion donnée par la direction générale est mise en œuvre par Fabien Delivré, arrivé chez Zadig & Voltaire en juin 2019 comme DSI après avoir été associé chez CGI Business Consulting dans le secteur du luxe. «C’est une transformation globale qui vise à générer de l’efficacité et plus de modernité », souligne le responsable.

plan de transformation @clesdudigital
Fabien Delivré

Nouvel ERP pour accompagner la croissance

Plus d’une vingtaine de projets ont déjà été déployés et d’autres se succèdent. La marque présente dans plus de 30 pays avec 300 magasins a commencé par changer l’ERP Colombus, un progiciel développé par VCSTimeless rachetée depuis par Cegid et jugé aujourd’hui obsolète. Un appel d’offres a été lancé et c’est la solution InforCloudSuite Fashion de l’éditeur américain Infor qui a été sélectionnée « pour son « scope » fonctionnel et son ouverture », tandis que la solution Y2 de Cegid est implémentée pour la gestion des points de vente en France et dans d’autres pays comme au Japon. Solution en standard ne requérant aucun développement spécifique, le progiciel d’Infor va « soutenir et accompagner la croissance de l’entreprise, tant sur le plan de la fabrication que de la distribution ». Le Cloud qui n’était pas un pré requis au départ « car le TCO (coût total de possession, ndlr) est parfois surprenant» selon Fabien Delivré, a finalement remporté l’adhésion.

Les directions métier impliquées

Le projet accompagné par CGI démarre en deux phases avec un premier lot en novembre et un second plus important (réception en entrepôt, allocation, avec la récupération de tous les encours auprès du sous-traitant logistique…) en mars. « Nous avons monté un dispositif de sponsoring du projet en interne dès son démarrage, en janvier 2020. Cela nous a permis d’impliquer à nos côtés la direction financière, la direction des opérations, ainsi qu’une trentaine de « key users’ » qui ont pu participer aux ateliers de travail et sont devenus nos ambassadeurs auprès des directeurs des différents départements », précise Fabien Delivré. A terme, ce sont plus de 250 utilisateurs qui travailleront avec la solution sur les fonctions de la définition des offres et des collections, jusqu’aux ventes, en passant par la gestion des achats et des fournisseurs, des commandes associées, de l’allocation des marchandises et de l’orchestration de la chaine d’approvisionnement pour cette enseigne qui propose deux grandes collections par an, avec cinq arrivées de nouveaux produits entre ces deux moments forts et dix collections capsules à l’année.

@clesdudigitalRéférentiels magasins

Parallèlement à ce projet, elle construit avec Microsoft Azure un « data hub », une architecture destinée à stocker les données et aussi à les partager et les exploiter. Il sera interfacé avec l’ensemble des solutions du SI, alors qu’une bascule progressive des données est prévue entre janvier et avril 2021. « Toutes les datas de la société, données produits, clients, objets métier seront consolidées. Et l’ensemble de cette data sera mise à disposition des spécialistes de l’analytics ». Des services de « business intelligence » sont également mis en place avec les outils de visualisation de données de Microsoft Power BI. Les interactions seront apportées grâce à la suite d’applications Power Apps du même éditeur adaptées aux besoins de chaque métier.

« Nous avons déjà construit un RCU (référentiel client unique, ndlr) sur la plateforme Azure et nous voulons aussi disposer de référentiels magasins. Ces données sont souvent éparpillées. Une brique magasins permettra à la direction de naviguer dans ce référentiel. Le but est d’apporter les bons outils aux opérationnels pour les sujets autour de l’immobilier, du merchandising… ».

Un plan de transformation en deux ans

D’autres projets autour de la supply chain, des ressources humaines, de l’omnicanal, de la mobilité vendeur ont été déployés ou sont en passe de l’être. En 2019, la maison a sélectionné Aptos Planning pour gérer ses processus d’achat, d’allocation et de réapprovisionnement de ses magasins. Pour le suivi quotidien de l’ensemble de ses commandes fournisseurs et de ses livraisons en entrepôt dans les trois zones géographiques de distribution de la marque (Europe, Asie et Amérique du Nord) elle a choisi la solution « Orders & Shipments Tracking » de Winddle. La gestion des ressources humaines est assurée avec Crosstalent. En magasin c’est la plateforme Octipas qui équipe les vendeurs en mobilité et les accompagne dans leur mission de « clienteling  » tandis que Socloz opère pour le « ship from store ».

plan de transformation @clesdudigitalPendant cette crise sanitaire, pour rester toujours active et ne pas perdre de clients, la marque a aussi développé le paiement à distance en s’appuyant sur Paytweak. La fintech propose un règlement par emails et SMS sécurisés et permet aux magasins d’encaisser des paiements par carte sans terminal. La monétique sera pour sa part unifiée avec la plateforme de paiement Adyen qui équipait déjà le site de vente en ligne et qui remplacera aussi Verifone en magasin. « L’idée est de mener ce plan de transformation en deux ans et de devenir une entreprise « data-driven ». La DSI a un rôle de chef de projet et nous nous positionnons plutôt comme une direction opérationnelle des systèmes d’information, travaillant main dans la main avec les métiers. Toute la direction mais aussi toutes les équipes participent et il n’y pas pas de résistance au changement. Cela fait partie de la culture de l’entreprise » estime Fabien Delivré.

Les équipes plutôt jeunes ont aussi une réelle appétence pour le digital. « Nous souhaitions aller vite pour pouvoir libérer nos collaborateurs de nombreuses tâches à faible valeur ajoutée et leur permettre de se recentrer sur leurs cœurs de métier respectifs. Nous avons beaucoup travaillé sur ce volet humain. C’est la clé de la réussite », ajoute Fabien Delivré. Un facteur d’autant plus important que ce plan de transformation est loin d’être terminé. Les ambitions sont encore nombreuses. L’entreprise compte bien parvenir à des stocks justes en temps réel et la technologie RFID (identification des articles par radiofréquence) est à l’étude. Un projet d’OMS (système de gestion des commandes) est également dans la ligne de mire. Enfin le déploiement d’un PLM (Product Lifecycle Management ou gestion du cycle de vie produit) devrait suivre celui de l’ERP. Tous ces projets devraient aussi être dynamisés par l’arrivée de Jonathan Attali, ex directeur digital et CRM d’Etam, qui vient de rejoindre la marque au poste de directeur digital et marketing.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Tous nos articles sont exclusifs.

Je soutiens la presse, JE M’ABONNE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


dix-neuf − 8 =