La France est la championne européenne du drive

La France est la championne d’Europe du drive @clesdudigitalSelon les derniers chiffres Nielsen dévoilés en partenariat avec la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, la France est la championne d’Europe du drive.

La France comptait ainsi 5113 sites drive en mai 2019 (base de données Nielsen TradeDimensions). Parmi eux, 3720 sont des « click & drive » avec des pistes pour les véhicules et des bornes de retrait. Le dynamisme de ce secteur est désormais assuré par les magasins de proximité mais aussi par le drive piétons en forte croissance. 74% des magasins accueillant un nouveau point de retrait font moins de 1000 m²,  et en quelques mois 76 drives piétons ont été créés à l’intérieur d’un magasin existant et 28 sites dédiés ont vu le jour. Comme le souligne Marc Lolivier, délégué général de la Fevad :

« Avec le drive les acteurs français de la grande distribution ont su créer un modèle e-commerce original permettant de combiner internet et magasins ».

Ce phénomène est directement corrélé à la croissance des ventes alimentaires sur Internet. D’ici 2022, le marché mondial online des PGC devrait représenter 400 milliards de dollars. En Chine, 18% des ventes de produits de grande consommation sont déjà réalisées sur le Web contre 5,6% des part de marché aux États Unis, 1,4% en Allemagne, 7,3% Royaume-Uni et 6,3% en France ou huit achats online sur dix sont réalisés en drive puis via la livraison à domicile. Ce sont désormais 22,1% des ménages français qui achètent des produits de tous les jours sur internet pour se les faire livrer à domicile tandis que la clientèle du drive reste plus familiale et génère des achats plus conséquents.

La croissance n’est pas finie

En France près de 25 milliards d’euros ont été dépensés sur internet sur les trois premiers mois de l’année 2019, tous produits confondus ( informations recueillies auprès des principaux sites marchands et sur le montant agrégé des transactions réalisées par des prestataires de paiement). Le chiffre d’affaires des ventes globales e-commerce progresse ainsi de +11,9% par rapport au 1er trimestre 2018, porté par la poursuite de l’augmentation du nombre d’e-acheteurs (+ 4% en un an), de la fréquence d’achat en ligne (12,7 achats sur le 1er trimestre contre 10,7 en  2018) et de la diversification du nombre de sites (+15,6% de sur un an) malgré un léger ralentissement du secteur voyage-tourisme. Ces progressions compensent la baisse du montant du panier moyen qui descend à 61 € (-6%).

Enfin le canal mobile représente plus de 35% du chiffre d’affaires des sites de l’iCM (indice du commerce mobile de la Fevad) soit plus quatre points sur un an. A ce rythme, les commandes sur mobiles pourraient dépasser les achats sur ordinateur dès 2021 pour l’iCM.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


deux + trois =