L’importance de se différencier à l’ère post-digitale

post-digitale @clesdudigitalVotre entreprise est-elle prête pour l’ère post-digitale ? Si cette question est souvent posée, c’est parce que la réponse est désormais cruciale. Le digital est devenu un moyen d’étendre l’écosystème de l’entreprise en la connectant à de nouveaux partenaires. Être digital n’est plus un élément de différenciation mais un ticket d‘entrée sur le marché. C’est le leitmotiv de l’étude baptisée Vision Technologique 2019, menée par le cabinet Accenture auprès de 6 600 dirigeants et responsables informatique à travers le monde. Près de quatre dirigeants sur cinq (79 %) estiment que « les technologies numériques, et en particulier les réseaux sociaux, la mobilité, l’analyse de la data et le cloud, ont largement été adoptées et sont désormais en général au cœur de l’activité technologique des entreprises ».

Pour Paul Daugherty, Chief technology and innovation officer chez Accenture,

« Le post-digital n’est pas la fin du digital. Au contraire, nous posons une nouvelle question : alors que toutes les entreprises se transforment, qu’est ce qui va vous différencier ? »

Quatre tendances technologiques majeures émergent aujourd’hui selon le cabinet qui les a baptisées DARQ, un acronyme qui regroupe « distributed ledger technology (DLT) », « artificial intelligence (AI) », « extended reality (XR) » et l’informatique quantique ou « quantum computing ». Chacune de ces technologies, appliquée séparément, permet à l’entreprise de se différencier par ses produits ou ses services. Mais appliquées ensemble, elles démultiplient leur champ d’action et permettent de réinventer les secteurs d’activité.

L’intelligence artificielle, la plus connue des quatre, aide déjà à optimiser les processus et assiste à la prise de décision. La réalité étendue crée de nouvelles expériences générant un engagement plus important. L’usage des registres distribués trouve son utilisation dans la blockchain, pour faciliter les transactions sans intermédiaires et à grande échelle. Quant à l’informatique quantique, elle offre des approches nouvelles pour améliorer la cybersécurité ou accélérer la découverte de nouveaux matériaux.

Les interactions entre ces technologies sont multiples, par exemple dans le domaine de l’identité numérique des consommateurs. Près de quatre professionnels de l’IT sur cinq (83 %) estiment que les données démographiques numériques « permettent d’identifier les besoins non satisfaits des clients et créer de nouvelles opportunités ».

Les technologies permettent « d’augmenter » les connaissances et les compétences des collaborateurs. « Plus des deux tiers (71 %) des dirigeants estiment que leurs employés ont une maturité digitale supérieure à celle de leur entreprise ». C’est à l’entreprise de rattraper son retard sur les collaborateurs.

Les écosystèmes créés par les grandes entreprises posent de nombreux problèmes de sécurité. Mais seuls 29 % des dirigeants déclarent « connaître les mesures de conformité et de résilience mises en place par leurs partenaires en matière de sécurité ».

La création des expériences personnalisées à la demande est un autre domaine d’application déjà reconnu. Six professionnels interrogés sur sept (85 %) déclarent que « la personnalisation et la livraison en temps réel sont les facteurs concurrentiels les plus importants ». Selon Accenture, pour innover à l’ère post-digitale, les entreprises font leurs premiers pas dans un monde dans lequel les produits, les services et l’environnement des consommateurs sont personnalisés et s’adaptent à chaque instant.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 × un =