Face à la crise, la solidarité entre les commerçants s’organise

Les initiatives solidaires pour soutenir les commerces @clesdudigitalLes initiatives solidaires pour soutenir les 200 000 commerces contraints à fermer boutique se multiplient.

Deux jours après le début du re-confinement, la chaîne de restauration rapide américaine Burger King appelait via une campagne publicitaire à aider tous les restaurants, voire même à acheter son Big Mac chez son principal concurrent. Depuis d’autres initiatives solidaires ont vu le jour. Dernière en date celle du site Spartoo qui offre gratuitement sa plateforme marketplace aux détaillants indépendants pour les soutenir. L’opérateur a dédié une équipe pour les aider à franchir le pas de la vente en ligne. Ce dispositif est prévu pour une durée de 6 mois et propose différentes options de livraison adaptées comme le retrait des produits dans le magasin du détaillant avec le “click & collect”, donnant aussi la possibilité à celui-ci de devenir un point relais de l’ensemble des clients de Spartoo. L’entreprise donne aussi l’accès à sa filiale de transport Toopost. Elle s’engage également à donner de la visibilité aux offres des commerçants français, grâce notamment à la présentation des offres au sein d’un espace dédié.

Autre initiative : celle de la Société des Grands Magasins, une foncière spécialisée dans la reprise et la revitalisation de sites commerciaux de centre-villes. Elle a conçu un projet global en trois volets avec le lancement d’une plateforme de e-commerce solidaire “preparonsdemain.fr” développée avec le Pot Commun, acteur du “Social Payment” et solution de cagnotte en ligne de Natixis Payment Solutions. Cette plateforme est destinée à permettre aux consommateurs de faire un geste envers leurs commerçants sous forme de bons d’achat à valoir sur des produits ou des prestations. Pour développer ce système, Lepotcommun.fr a mobilisé ses ressources pour mettre sa solution de billetterie en ligne Cityvent.com au service des commerces. La plateforme permettra aussi d’accéder aux offres en “click and collect” de ceux qui sont déjà équipés de sites marchands.

La foncière engage par ailleurs les centres commerciaux participant au projet « à renforcer le service et l’accueil des clients pendant et après la pandémie, à poursuivre le développement de leur offre de produits et services via l’arrivée de nouvelles enseignes et le renforcement des offres locales et à intégrer une dimension responsable et environnementale avec le développement d’un “Label Green” ». La plateforme a vocation à s’installer dans la durée, elle s’enrichira progressivement de nouvelles fonctionnalités et deviendra une marketplace pour permettre à tous les commerçants, même ceux n’ayant pas de site dédié, de présenter et de vendre leurs produits en ligne.

D’autres initiatives ont été lancées par les petits commerces eux-mêmes, comme à Rennes où une dizaine d’établissements ont créé leur propre plateforme de commande et de livraison avec l’application “placedelagare.shop”, ou par les villes comme Melun qui propose aussi une plateforme pour permettre aux commerçants de l’agglomération de vendre leurs produits. Une fois la commande passée, les clients pourront aller retirer leurs produits au sein d’une boutique éphémère ou se faire livrer à domicile.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


sept + huit =