Les avantages de la 3D dans le commerce sont attendus et biens compris

réalitée augmentée et virtuelle @clesdudigitalSi les technos de réalité augmentée et virtuelle sont encore peu répandues dans le commerce, leurs avantages semblent bien compris selon une récente étude de Artec3D.

L’intégration de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle sont encore peu utilisées dans le commerce de détail et l’e-commerce, mais ces technologiques suscitent-elles un réel intérêt pour les consommateurs ? C’est pour répondre à cette question que Artec 3D, développeur et fabricant de matériel et de logiciels professionnels de scan 3D (qui a notamment lancé Shapify.me, un système de scan complet du corps automatisé) a réalisé une étude sur ce sujet. Menée auprès de plus de 1 000 consommateurs américains ayant acheté un produit en ligne au cours des 12 derniers mois, elle analyse les avis des consommateurs sur ces innovations.

Bien que toutes les personnes interrogées les connaissent et les comprennent, 66 % d’entre elles ne les ont pas encore utilisées. Les usages les plus fréquents concernent le divertissement (10 %), suivi par les achats d’articles (5 %), plutôt effectués par des consommateurs âgés de 35 à 44 ans (à 27 %). Les sites les plus souvent cités utilisant les applications de RA et de RV sont Amazon (37 %), Wayfair (16 %), Ikea (15 %), Lowes (14 %), Gap (10 %) et Sephora (7 %).

Si leur présence reste encore peu répandue, leurs avantages semblent bien compris. La moitié des personnes interrogées estime qu’un produit présentée en modèle 3D interactif est plus utile que de simples images pour des achats en ligne. C’est particulièrement vrai pour les achats dans l’immobilier et pour la décoration d’intérieur (pour 38%), suivis par les vêtements et les chaussures (18 %), l’électroménager (14 %), l’électronique grand public (14 %), les jouets et les articles pour bébés (9 %), et les sacs et accessoires (5 %).

Si ces technologies semblent prometteuses pour les achats en ligne des articles de décoration ou du mobilier d’intérieur, c’est aussi parce que, hormis le fait que 48 % des consommateurs évoquent le souhait « de voir les articles en vrai », 28 % ne sont pas mesure de déterminer la qualité à partir d’une photo, et 28 % ne sont pas certains que les dimensions du produit puissent convenir où s’assortir à leur intérieur. Pour 26 % des consommateurs la RA et la RV deviendront des outils quotidiens et habituels pour effectuer des achats en ligne « au cours des 12 prochains mois ». Ils le seront « au cours des cinq prochaines années » pour 43% d’entre eux.  Dans les magasins ces pourcentages atteignent respectivement 18 % et 32 %. « Bien que l’utilisation des technologies 3D dans le commerce de détail n’en soit qu’à ses balbutiements, les consommateurs s’attendent à ce qu’elles soient intégrées dans un laps de temps court», commente Artyom Yukhin, président et directeur général d’Artec 3D qui insiste sur le nécessité de choisir la bonne technologie.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Les Clés du Digital, le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous les sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


quatre × 1 =