VivaTech se penche sur la durabilité, le futur du travail et la santé

Temps de lecture : 8 minutes

les innovations dans l univers du travail @clesdudigitalLa grand-messe des startups et du numérique VivaTech qui s’est tenue dans un format hybride a fait la part belle à la French Tech et mis à l’honneur les innovations dans l’univers du travail, du développement durable et le rôle de la tech pour favoriser l’accès à des services essentiels tels que l’éducation, la santé ou le digital.

Transformé en édition hybride, le salon dédié aux startups et à la technologie Vivatech a pu réunir cette année une majorité d’exposants en physique à Paris Porte de Versailles du 16 au 19 juin derniers. L’organisateur annonce avoir accueilli 140 000 visiteurs, dont 26 000 en physique et 114 000 en digital sur sa plateforme payante. Tous les partenaires fondateurs dont la BNP Paribas, Google, La Poste, LVMH, Orange mais aussi Microsoft, Salesforce, Klaxoon étaient là pour révéler leurs innovations tandis que de grandes figures de la technologie et de l’économie internationale ont profité de cet auditoire pour prendre la parole.

Certains dirigeants des GAFA qui se sont exprimés en visioconférence ont aussi choisi ce moment pour lancer des messages à l’Europe et attaquer les deux règlements que prépare Bruxelles pour atténuer leur pouvoir dont le Digital Services Act (ou DSA, sur la modération des contenus) et le Digital Markets Act (ou DMA dont la vocation est d’organiser le marché sans menacer le libre jeu de la concurrence). Emmanuel Macron, venu sur place le premier jour du salon, a jugé lui-même légitime la question du démantèlement de ces plateformes mondiales et a appelé à la création de dix géants de la tech valant plus de 100 milliards d’euros chacun d’ici 2030 en Europe. Tim Cook, le président d’Apple, a fait part quant à lui de ses craintes sur cette mesure du DMA qui vise à donner la possibilité aux utilisateurs de télécharger des applications en dehors de l’App Store et déclaré que cette initiative pourrait «détruire la sécurité de l’iPhone et une grande partie des initiatives en matière de protection de la vie privée que nous avons intégrées à l’App Store».

les innovations dans l univers du travail @clesdudigitalProtection de l’environnement et travail hybride

Du côté des stands, plus de 500 innovations ont été dévoilées sur différents thèmes clé comme celui de l’environnement et de la mobilité urbaine avec, par exemple, Ehang, une startup chinoise qui présentait le premier taxi aérien (eVTOL) autonome et électrique déjà commercialisé, EZ-1, une solution urbaine électrique de Mobilize (nouvelle marque du groupe Renault) destinée à un usage partagé et disponible à la location, ou dans un autre registre, le service Geointelligence des territoires de la Poste qui mesure la déperdition thermique des bâtiments à l’aide de capteurs placés sur les véhicules des facteurs pendant leur tournée afin d’en dresser ensuite une cartographie précise. Ce thème de l’éco-conception a aussi donné un coup d’éclairage à d’autres innovations prometteuses à l’ère de l’explosion du e-commerce telles que celle de la société nantaise LivingPackets, qui présentait une nouvelle version de The Box, un colis connecté, sécurisé et réutilisable jusqu’à 1000 fois. Il a été aussi question de la tech au service de santé avec, par exemple, Life Plus hébergée sur le Lab de BNP Paribas, qui développe des solutions connectées d’assistance et de télé-suivi médical.

Travail collaboratif

La réalité virtuelle était également très présente sur cette édition. Elle est utilisée par la néerlandaise Sense Glove qui propose des gants «haptiques» pour rendre réaliste des entraînements et des mises en situation professionnelle et s’initier à certains gestes. Autre sujet clé : le travail du futur avec, par exemple, la nouvelle plateforme de réalité mixte Microsoft Mesh propulsée par Azure, et qui permet à des personnes situées dans différents lieux physiques de se joindre à des expériences holographiques collaboratives et partagées sur de nombreux types d’appareils. Klaxoon, le spécialiste des solutions collaboratives pour le travail en équipe, a dévoilé sa nouvelle génération de produits pensée pour le travail hybride comme BoardHybrid, une évolution de son logiciel phare qui doit permettre à tous «de s’affranchir des limites spatiales et temporelles pour travailler comme il/elle le souhaite, quand il/elle le souhaite, où et avec qui il/elle souhaite, le tout dans un seul et même espace de travail collaboratif» et Hybridity, un espace de travail ou «whiteboard room», qui exploite tout le potentiel de ses tableaux blancs interactifs.

Sur le pavillon le Village by CA, ce sont 48 startups BtoB et BtoC issues de 15 Village by CA de France, d’Italie et du Luxembourg, qui participaient au salon comme Effency qui a développé TeamGether, un coach digital basé sur les sciences cognitives pour améliorer les interactions dans les équipes via les outils de travail collaboratif, ou dans un tout autre secteur « Sauve ton commerce by CibleR » (Le Village by CA Bordeaux), une plateforme qui propose la vente de bons d’achat solidaires à valoir chez les commerçants ouverts ou à leur réouverture.

les innovations dans l univers du travail @clesdudigitalDes régions très actives

Les régions étaient venues en force pour cette édition montrant la richesse des innovations partout en France. La Région Pays-de-la-Loire Solutions & Co est venue notamment avec Retail VR, qui permet aux détaillants, aux marques et aux agences de marketing de collaborer virtuellement en 3D. Sur le stand de la région Occitanie, Inzpok s’est donné comme mission de «donner les clés à la famille pour accompagner la nouvelle génération à devenir des acteurs de leur consommation en ligne de façon responsable, autonome et indépendante». La jeune pousse partenaire de Lengow a développé un site adapté aux enfants de 7 à 15 ans sur lequel ils retrouvent leurs produits préférés, sans risque de rencontrer un produit inapproprié, constituent des listes de cadeaux ou listes d’envies qu’ils peuvent partager et acheter grâce à leurs cagnottes.

Le stand « We Are Normandy » hébergeait douze  startups. Les visiteurs ont pu redécouvrir Watiz. Fondée en 2016 par Julien Capra et Rémy Villecroze, Watiz est une application de shopping visuel qui permet de retrouver les vêtements à partir d’une image (Instagram, Pinterest…) ou directement à partir d’une photo grâce à un système de reconnaissance visuelle basé sur l’IA. Elle aurait déjà séduit plus de 3000 marques. Autre innovation, celle de Jellybot, un constructeur universel de chatbots sans code, adaptable à tous les besoins de l’entreprise ou de la relation client et accessible via différentes interfaces comme Microsoft Teams, Facebook Messenger, WhatsApp.

LVMH à la pointe de l’innovation

Le groupe LVMH avait pour sa part installé «La LVMH Gallery», mettant en lumière une sélection d’innovations en matière d’expérience client développées par une quinzaine de ses maisons, et les solutions des 28 startups. Franck Le Moal, CIO chez LVMH, et Michael David, chief omnichannel officer, ont échangé sur la manière dont la crise sanitaire était un accélérateur de la digitalisation pour l’ensemble des marques du groupe et comment cette digitalisation a surtout permis de garder un lien fort avec les clients et les conseillers de vente qui ont du réinventer leur métier. La maison Celine a notamment mis au point l’application «Seamless» pour permettre à tous les conseillers de vente de faciliter les relations avec leurs clients et leur offrir le meilleur parcours d’achat possible basé sur leur historique d’achat et leurs goûts. Francesco Mannioli, IS&T infrastructure & services operations manager et CTO, et Silvia Schippa, omnichannel operations specialist chez Fendi ont présenté «The Virtual Room», un espace de vente en ligne qui grâce à la technologie de pointe permet de garder un cérémonial de vente avec une forte expérience émotionnelle.

Le salon a aussi été l’occasion d’annoncer en avant-première un partenariat stratégique avec Google, et plus spécifiquement avec Google Cloud Platform destiné à accélérer l’innovation et à développer de nouvelles solutions d’intelligence artificielle (IA) depuis le cloud. Selon un communiqué : «Ces technologies permettront non seulement d’améliorer considérablement les opérations sur les questions de prévision de la demande et d’optimisation des stocks, mais également d’amener l’expérience client à des niveaux inédits, grâce notamment à toujours plus de personnalisation (…). LVMH bénéficiera également du soutien de Google Cloud pour développer sa culture de la data et de l’innovation, à travers des programmes de formation et de certification dédiés pour les équipes des maisons ». Les deux partenaires lanceront une « Data and AI Academy » à Paris et LVMH s’appuiera sur Google Cloud pour contribuer à la modernisation d’une partie de son infrastructure IT. Le groupe de luxe a également dévoilé des innovations dans le retail de Dior, de Louis Vuitton, avec des application virtuelles et en réalité augmentée (pour essayer des sneakers Dior déclinée avec Snapchat, par exemple ou le nouveau chatbot du site web de Louis Vuitton). Bulgari et Hublot ont évoqué l’utilisation de la blockhain Aura Blockchain Consortium.

les innovations dans l univers du travail @clesdudigitalSur le stand LVMH toujours, la jeune pousse wallonne Levita créée par deux magiciens professionnels a aussi capté l’attention des visiteurs. La start-up a mis au point un procédé permettant de faire léviter des objets dans un boîtier sous-verre baptisé « Gravity Display Box ». Elle a déjà signé des contrats avec Audemars Piguet, Moët Hennessy et séduit l’ horloger suisse Roger Dubuis (groupe Richemont) qui a commandé plusieurs boîtiers pour ses boutiques. Autre innovation remarquée sur ce pavillon, celle de Flashbrand qui a conçu une application dotée d’une IA pour faciliter le développement personnel des employés. La jeune pousse mène actuellement des travaux pour intégrer à son « coachbot » AICO les mécanismes de reconnaissance des émotions dans la voix et l’expression du visage. «Cela peut paraitre surprenant, mais une étude a démontré que pour une grande majorité d’individus, il est plus facile de s’ouvrir à un robot qu’à un humain. Le but est de tirer parti de l’IA dans sa connaissance du collaborateur pour lui apporter le meilleur soutien possible, tout en garantissant une confidentialité totale dans les discussions avec AICO ».

Une pluie de récompenses

LVMH a aussi remis ses Innovation Awards et récompensé six startups sélectionnées sur la problématique «The Future of Customer Experience is here». Bambuser a remporté le palmarès et le prix « Omnichannel & Retail Experience ». Spécialisée dans le « live stream shopping », elle permet aux marques d’organiser des sessions de shopping en ligne en direct, avec des influenceurs ou des vendeurs. Parfums Christian Dior et Make Up For Ever font partie de ses clients. Dans la catégorie «Data et artificial intelligence», c’est la jeune pousse française Data&Data fondée en 2012 par Zouheir Guedri qui analyse les grands volumes de transactions réalisées sur les marketplaces internationales pour aider les maisons du secteur du luxe à piloter leur stratégie commerciale qui a été distinguée.

EachOne, créée en 2015 par Fanny Prigent, Maxime Baudet et Théo Scubla, qui met en relation réfugiés et migrants en possession d’un permis de travail avec des entreprises internationales a été primée dans catégorie « Employee Experience », l’anglaise Aglet éditrice d’un jeu en ligne inspiré par Pokémon Go pour les fans de sneakers, dans la catégorie « Media & Brand Awareness », Hipli dans celui de la catégorie « Operations & Manufacturing Excellence ». Lancée en 2020 par Anne-Sophie Raoult et Léa Got, Hipli conçoit et produit des emballages réutilisables. Une fois sa livraison reçue, le consommateur peut ainsi renvoyer le colis prépayé aux centres d’Hipli à partir de n’importe quelle boîte aux lettres. Un an après son lancement, elle opère dans neuf pays d’Europe. Enfin dans la catégorie « Sustainability », c’est l’américaine Galy qui propose aux marques un coton cultivé à partir de cellules dans des bioréacteurs qui remporte le challenge.

Viva Technology qui a également publié son “Top 100 Next Unicorns”, répertoriant des cent scale-ups les plus prometteuses en Europe, au Royaume-Uni et en Israël, a sélectionné parmi cette liste les finalistes du prix VivaTech «Next Unicorn Awards». Le Grand prix a récompensé la britannique Tessian spécialisée dans la sécurité des emails en entreprise. SumUp a été distingué dans l’univers des fintech, Vivino, dans celui des places de  marché, Aiven dans la catégorie Entreprise SAAS, tandis que EcoVadis, système d’évaluation de la durabilité des entreprises a reçu le coup de cœur du jury.

Enfin, le Female Founder Challenge, destiné aux startups dirigées par des femmes, a récompensé Clarisse Hagège, jeune Française à la tête de DFNS,  une startup dans l’univers de la cybersécurité. Ce prix est coorganisée par VivaTech pour la troisième année consécutive avec la startup 50inTech, une plateforme basée sur de la data pour favoriser l’émergence de talents féminins dans le numérique. Les efforts sont encore à poursuivre : plus de 90% des capitaux levés en Europe en 2020 sont allés vers des équipes masculines (selon le rapport annuel du fonds d’investissement Atomico) et seulement 10% des femmes sont à la tête de startups.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Tous nos articles sont exclusifs.

Je soutiens la presse, JE M’ABONNE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 − 1 =