BigMat fait sa mue en mode open source

BigMat opère sa transformation digitale @clesdudigitalL’enseigne européenne de négociants indépendants en matériaux de construction BigMat opère sa transformation digitale en apportant de plus en plus de services à ses adhérents.

Avec ses 900 magasins en Europe dont 286 en France et un chiffre d’affaires de trois milliards d’euros, l’enseigne BigMat se positionne comme le leader européen des négoces de matériaux indépendants. Et ses préoccupations sont aujourd’hui les mêmes que celles de n’importe quelle grande entreprise du retail BtoC, à la différence près que la majorité de ses clients sont des artisans. Si cette clientèle est plutôt hyper connectée, toujours branchée à son mobile pour gérer ses activités, ce marché accuse un retard en matière de stratégie digitale. Comme le souligne Ludovic Bonnet, directeur du marketing, de la communication et de la transformation digitale de BigMat :

« Même s’ils sont suréquipés avec des mobiles qui leur font office de bureau, le digital n’est pas « natif  » chez ces professionnels. Par ailleurs, c’est aussi plus compliqué pour nous car nous sommes une coopérative, avec des patrons indépendants qui ne sont pas forcément attachés à l’enseigne. C’est à la centrale de leur apporter des fonctions transversales ».

Le responsable qui est membre du comité exécutif occupe cette fonction depuis deux ans et demi et il a rejoint BigMat après avoir notamment participé au lancement d’IdTGV et porté la transformation digitale de la marque de mode Agnès B. A la différence de ses autres missions, il n’a pas poussé à la création d’un site de vente en ligne. « La transformation digitale, ce n’est pas forcément l’e-commerce. Dans le négoce, la vente en ligne peux coûter plus cher en transport qu’en matériaux», observe-t’il. Néanmoins le site corporate de l’enseigne a été totalement refondu sous le CMS WordPress avec les conseils de l’agence RnD qui accompagne BigMat dans ses projets digitaux. Cette vitrine en ligne intitulée « L’humain aussi ça compte », dévoile avec beaucoup de contenus, des photos et des vidéos, le fonctionnement de l’entreprise, les différents métiers et les personnes au sein de BigMat qui portent ces valeurs. Des sites miroirs renvoient sur chacun des points de vente et leurs catalogues produits qui sont mis à jour par les responsables des magasins. Le client qui se géolocalise peut consulter les dernières offres en cours dans son magasin ou effectuer des demandes de devis.« 75% de nos clients sont des professionnels qui ont l’habitude d’aller en point de vente mais nous avons aussi une clientèle de particuliers bricoleurs, souvent pressés ».  

BigMat opère sa transformation digitale @clesdudigital
Ludovic Bonnet

Une plate-forme de gestion de l’information produit en open source

Pour référencer son catalogue, la centrale d’achat s’est dotée de la plate-forme de gestion de l’information produit (Pim) en open source de Pimcore. Reliée à l’outil « Web To Print », elle permet de créer des catalogues, brochures, prospectus en ligne en utilisant seulement le navigateur et de mettre à disposition des adhérents des documents modifiables et personnalisables en s’assurant du respect de la charte graphique. Un projet de déploiement d’un ERP afin d’apporter une visibilité sur les stocks est en cours avec le cabinet Kea & Partners et la DSI du groupe. « Nous voulons déployer un SI commun. Pour l’instant les systèmes sont éparpillés ».

D’autres projets sont sur le feu dans le domaine du CRM avec des éditeurs de solutions comme Splio. « Nous laissons la main à nos adhérents qui ont leur propres bases de données », précise Ludovic Bonnet. L’enseigne a déjà mis en place un club de fidélité avec le spécialiste lillois des opérations d’animation clients, des programmes de fidélisation et de parrainage Youcado.

« Nous y allons par étape en privilégiant les solutions en mode open source. Les prestataires n’ont pas à détenir nos technologies. Cette liberté est fondamentale ».

Le responsable qui participe au programme d’accompagnement 50 Partners proposé par des entrepreneurs et destiné à soutenir une sélection de jeunes sociétés en amorçage, s’intéressent de près aux startups en particulier celles de la logistique susceptibles d’apporter de nouveaux services aux adhérents. C’est dans cet optique et en « co-construisant les projets avec les responsables de magasin » qu’il a opté pour le déploiement de la plateforme de « presence management » Partoo.

BigMat opère sa transformation digitale @clesdudigitalPlus de trafic en magasin et de visibilité en ligne

« Il s’agissait de mettre facilement en place une solution qui puisse créer du trafic dans les magasins ». Auparavant, près de 90% des adhérents avaient déjà été incités à ouvrir une page Google My Business pour apparaître sur Google Maps et dans la recherche Google, mais sans pour autant y consulter les avis. Certains s’appuyaient aussi sur les services payants de Solocal. «Cela a pris entre trois et six mois pour récupérer tous les codes afin que Partoo devienne administrateur. Toutes les infos ont été reçues sous fichier Excel, nettoyées avant d’être diffusées sur une vingtaine de plateformes (Google, Annuaire.com, 118218, Waze etc, ndlr). Dans ce type d’organisation, il faut embarquer les 30% qui sont les alliés de la transformation et qui vont convaincre les autres ». La solution a été déployée à l’international et les adhérents aux profils très hétérogènes ont été formés avec les chefs de régions et les « customer success » de Partoo.

Avec cet outil, BigMat annonce avoir amélioré sa visibilité, enregistrant une augmentation de +350% pour les recherches directes, de +104% pour les indirectes. Les visites sur le site ont pour leur part bondi de 51% et les demandes d’itinéraires de 46%. Enfin les appels téléphoniques, portant généralement sur des questions de disponibilité des marchandises, ont augmenté de +129 %. L’entreprise a également sensibilisé ses adhérents aux questions de l’e-réputation. « Il y a eu des formations au siège mais nous avons voulu laisser la main aux adhérents. Il a fallu leur apprendre à répondre ». L’intérêt est, en effet, de transformer les internautes en influenceurs et d’améliorer son référencement (SEO). 15% des algorithmes de Google portent sur le sujet des avis et une non-réponse continue à faire baisser le positionnement. Chez BigMat, les avis ont vu leur nombre progresser de 220% en un an avec 16 avis en moyenne reçus par établissement pour une note moyenne globale de 4,1 sur 5. Reste à faire augmenter le taux de réponses qui atteint 16% aujourd’hui.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.