De nouvelles applis mobiles bousculent industriels et retailers

applications pour mieux consommer @clesdudigitalDe nouvelles applications pour mieux consommer bouleversent les modes d’achat des Français et bousculent fabricants et distributeurs.

En matière de consommation alimentaire les Français sont devenus méfiants. 73% des foyers s’inquiètent ainsi de la sécurité alimentaire, c’est sept points de plus qu’il y a un an selon une étude de Kantar. Plus vigilants sur l’étiquetage des produits, ils sont désormais près de 20% à avoir téléchargé des applications de type Yuka, parmi les plus populaires, et à les utiliser en magasin. Ces craintes ont des conséquences directes sur leur manière de consommer. Plus d’un Français sur deux a déjà renoncé à un achat à cause d’un manque d’information sur un produit alimentaire selon une étude menée cette fois par OpinionWay pour Alkemics. La plateforme de collaboration et de partage de données produits entre marques et distributeurs et le spécialiste des études qui présentaient cette enquête dans le cadre de la journée Partage & Prospective de l’Institut du Commerce ont profité de ces résultats très détaillés pour imaginer une étiquette idéale répondant à l’aspiration de la majorité.

applications pour mieux consommer @clesdudigitalEn peu de temps, les nouvelles applications pour mieux consommer sont elles aussi devenus des vecteurs de confiance et elles se multiplient. UFC Que-Choisir met déjà à disposition des consommateurs via son Fonds de Dotation, QuelCosmetic. Cette application mobile gratuite donne une évaluation du niveau de risque d’un produit cosmétique en fonction de la présence ou l’absence d’une ou plusieurs des substances indésirables listées par l’organisme. Elle permet aux consommateurs de décrypter les ingrédients contenus dans les produits cosmétiques. Elle a d’ores et déjà été téléchargée par 1,2 million de mobinautes et compte plus de 168 000 références de produits. Désormais il faudra aussi compter sur sa nouvelle application sur le marché de l’alimentation qui sera lancée à la rentrée prochaine et toujours financée par son Fonds de Dotation. L’organisme qui veut redonner des moyens aux consommateurs de mieux choisir leurs aliments, en fonction aussi du système Nutri-Score, va nourrir sa base de données avec Alkemics et Equadis, autre spécialiste de l’échange des informations produits qui annonce 500 clients industriels dans son portefeuille. Pour élargir la base, les utilisateurs pourront aussi scanner eux-mêmes les étiquettes, photographier les produits et les opérateurs d’UFC Que-Choisir se chargeront des vérifications.

Face à ces nouveaux outils qui donnent un peu plus de pouvoir aux consommateurs, industriels et distributeurs vont devoir changer leurs méthodes. « Deux Français sur trois ont déjà abandonné des marques cette année et 29% de nos clients viennent et lisent attentivement les packagings de nos produits en magasin, si ce n’est pas en passant par Yuka », a déclaré Thierry Cotillard, président d’Intermarché Alimentaire à la journée Partage & Prospective. Le distributeur qui intègre toutes ses marques dans l’application Yuka, anticipe ces nouvelles tendances de consommation et pourrait être amené à retirer certains produits de ses rayons. Attentif aux questions de sécurité et de traçabilité, il s’apprête à signer un important partenariat avec un prestataire informatique pour travailler sur le chantier de la blockchain.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


5 × 4 =