Les Georgettes by Altesse continue de tisser des liens solides avec sa clientèle

résilience dans la crise @clesdudigital

Secouée par la crise sanitaire comme toutes les autres marques, Les Georgettes by Altesse a fait preuve de résilience grâce à une stratégie de communication cohérente avec ses valeurs.

La marque de bijoux personnalisables Les Georgettes by Altesse n’a pas cessé de communiquer et de mener des actions solidaires pendant cette période pour garder aussi le lien avec ses 850 bijoutiers multimarques qui vendent ses collections en France. Propriété de Renaissance Luxury Group dont la vocation est de revitaliser des maisons au savoir-faire reconnu et la fabrication « Made in France », la marque qui a ouvert en janvier dernier sa cinquième boutique en propre à Rennes, est également distribuée via une cinquantaine de corners dans les grands magasins, dans des boutiques éphémères et dans un réseau de multimarques implantés dans une cinquantaine de pays.

résilience dans la crise @clesdudigital
Béatrice Mariton

Des taux de conversions en hausse sur le site e-commerce

Quasiment tous ont du fermer leurs portes dès les annonces de confinement et l’entreprise s’est vite organisée pour sécuriser son personnel d’abord, pour braver la crise ensuite puis se préparer à la reprise. La vente en ligne a été maintenue et si le site des Georgettes a vu sa fréquentation baisser de 30% en mars, les taux de conversions sont en hausse. Une tendance qui s’est confirmée en avril. La clientèle fidèle est toujours là et la marque a même accueilli 12% de nouveaux entrants. Pour Béatrice Mariton, directrice marketing CRM et digital, ces résultats sont en partie liés à la stratégie mise en œuvre par la marque et à son positionnement. « Nous avons gardé le contact avec nos clients via les réseaux sociaux, nos influenceurs et l’édition d’une newsletter. Nous nous sommes aussi très vite mobilisés envers les personnels soignants en leur envoyant plusieurs milliers de masques de type FFP2 que nous utilisons dans notre usine en Ardèche pour le polissage des bijoux et qui a été mise à l’arrêt », souligne Béatrice Mariton.

La marque s’est également associée avec des groupements de HBJO (Horlogerie Bijouterie Joaillerie Orfèvrerie) pour une vente aux enchères et de montres organisée en ligne sur le site Artprecium au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France sur le thème « nos soignants valent de l’or ». Enfin La Maison Texier de Vitré, qui fait partie du même groupe et qui travaille dans le domaine de la maroquinerie, a décidé de stopper sa production de sacs à main et de pièces de cuir pour les Georgettes et s’est lancée dans la productions de masques NS 1, pour les salariés et personnels qui reçoivent du public, comme les commerçants, et les UNS 2, qui s’adressent à tous les travailleurs ne recevant pas de public, mais en contacts ponctuels avec des collègues et d’autres salariés. « Toutes ces actions sont en accord avec l’Adn du groupe. Il était naturel de participer à cet effort collectif avec les moyens de l’entreprise. En parallèle nous avons sorti un journal interne pour nos personnels et pour qu’ils ne se sentent pas exclus ». Ces engagements ont fait naitre de nombreux témoignages positifs sur les réseaux sociaux. « Il y a eu beaucoup d’interactions avec les clientes. “Je suis fière que vous portiez ces valeurs et encore plus fière de porter vos couleurs”, nous a dit l’une d’entre elle. Toutes ces actions ont été aussi bien accueillies par notre communauté de revendeurs HBJO ».

résilience dans la crise @clesdudigitalFaciliter le parcours client et l’aide au choix sur le site

Pendant cette période de confinement, l’entreprise a aussi poursuivi sa transformation digitale. «Nous avions entamé de gros projets et nous continuons à les mettre en œuvre ». Au programme : le déploiement d’un Pim (Product Information Management) avec Quable pour centraliser et harmoniser les données produits et fluidifier la sortie des catalogues vers différentes canaux, dont celui du digital en priorité. Au total ce sont quelques 6000 références avec différentes déclinaisons de tailles, de largeurs, qui sont concernées. La marque refond aussi son site de vente en ligne, auparavant déployé sur Prestashop, sur la solution éditée par Salesforce avec lequel elle travaille en direct. « Nous avons un produit complexe et il s’agit de faciliter le parcours client et l’aide au choix des bijoux en particulier avec notre atelier de personnalisation en ligne. Nous proposons différents styles de bijoux selon des portraits de Georgette, que l’on peut aussi changer selon ses activités dans la journée ou en soirée. Les possibilités sont nombreuses et il faut les illustrer sur le site ».

La prochaine étape sera le déploiement d’une solution de gestion de la relation client développée par Splio. « Nous préparons aussi le dé-confinement et avons décalé le calendrier de nos collections pour ne pas prendre de l’avance vis-à-vis de nos partenaires bijoutiers qui vont pouvoir déstocker. Nous avons la chance de produire en France et de pouvoir redémarrer vite nos usines. Nous allons prendre aussi des mesures sanitaires pour sécuriser nos employés et nos clients au maximum. Et nous réfléchissons à un nouveau cérémonial de vente. Nous travaillons en mode agile », assure Béatrice Mariton.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire les prochains articles des Clés du Digital, je m’inscris à la newsletter

Les Clés du Digital est le média de la transformation digitale = 100% indépendant, 0% pub. Aucun article n’est sponsorisé. Tous nos sujets sont choisis par la rédaction.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


cinq × un =