L’Institut du commerce veut préparer le commerce de demain

L’ Institut du Commerce prend un nouveau virage et veut réunir ses adhérents autour des thèmes du « partage et de la prospective ». L’organisation est née en janvier 2017 du regroupement de l’IFLS  (Institut français du libre service), d’lFM (Institut Français du merchandising ) et de l’ECR (Efficient Consumer Response), trois associations aux rôles complémentaires chargées de faire collaborer distributeurs, industriels et prestataires autour de sujets communs.

Institut du Commerce prend un nouveau virage @clesdudigital
Xavier Hua

Aujourd’hui l’IDC se présente comme une plateforme de rencontre au sein de laquelle « tous les acteurs du commerce, industriels petits ou grands, distributeurs et prestataires de service peuvent travailler ensemble pour mieux satisfaire les attentes des shoppers ». Elle réunit près de 210 adhérents dont une bonne partie des grands groupes de la distribution alimentaire français tels que Carrefour ou Casino avec toutes leurs enseignes, des commerçants et sites spécialisés comme But, Conforama, Sephora ou encore Vente Privée, plus de 80 grands industriels dont Bonduelle, Chanel, L’Oréal ou Unilever et une centaine de partenaires dont Alkemics, Cameleon Group, SES Imagotag ou encore Generix, pour n’en citer que quelques uns.

« Notre volonté est de capter les signaux faibles, de décloisonner et de recréer des liens, de comprendre les nouvelles tendances en cours, de mutualiser les besoins pour mettre en œuvre aussi des solutions efficaces »,

explique Xavier Hua, directeur général de l’Institut du Commerce. Les travaux sont formalisés avec l’édition de baromètres, de livres blanc, ou la réalisation d’enquêtes auprès des adhérents.

L’IDC organise régulièrement des ateliers où participent des groupes de travail. Les prestataires peuvent y être conviés sans être des permanents. « Nous ne sommes pas une plateforme commerciale », souligne Xavier Hua. Plusieurs ateliers sont déjà opérationnels autour du merchandising ou comment imaginer le magasin de demain avec les visions des enseignes et des industriels en amont ds négociations commerciales, autour du rôle de la blockchain dans la supply chain, de l’économie circulaire, ou encore de l’e-commerce et du drive. Chanel qui a initié un POC (proof of concept ou démonstration de faisabilité) et développé une application « Cycleapp » pour le recyclage de ses PLV pour une quinzaine de points de vente à Lyon s’appuie, par exemple, sur l’association pour faire adhérer d’autres marques à son initiative. L’IDC organise aussi des conférences comme le 26 juin prochain sur le thème « e-commerce & omnicanal », sur celui de la « proximité » le 20 septembre ou de « l’animation commerciale » le 11 octobre  Enfin il va rassembler sa communauté cette année autour des Trophées Sirius, un nouveau prix dont le but est de faire émerger des initiatives dans différents domaines.

J’ai aimé cet article, je souhaite lire le prochain article des Clés du Digital

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


11 + cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.